Législatives 2016 à ABOBO | Moussa Doumbia, la légitimité d’une candidature militante!


Doumbia Moussa est l’actuel l’Administrateur de la Permanence de Madame le Ministre Jeanne Peuhmond. Cadre du Rassemblement Des Républicains à Abobo, son parcours politique constitue son atout majeur dans la cours à la candidature pour les législatives à Abobo. 
Un aperçu de son cheminement entre 1995 et 2015 au service du RDR :

 1998 : Secrétaire de la Section d’Anonkoua Extension 3, 

1998 : Chef des Districts RDR d’Anonkoua, Bocabo et de PK18. Une zone qui couvre aujourd’hui environ dix (10) Districts après la dernière proposition de découpage. 

2006 : Commissaire Politique du RDR à ABOBO 

2007 : Départemental Adjoint 

 2010 : Directeur de Campagne Adjoint à la Sécurité lors de l’élection présidentielle à ABOBO 

 2015 : Directeur de Campagne Adjoint à la mobilisation lors de l’élection présidentielle à ABOBO 

 2015 : Membre du secrétariat national chargé du suivi-évaluation 
Voici les grandes lignes du combat politique de notre Administrateur au service du RDR à Abobo depuis le commencement jusqu’à la victoire de 2010.
Pendant les dernières élections présidentielles d’Octobre 2015, il a assuré avec maestria la mobilisation à la DDC du RHDP à Abobo III sous la Direction de la Ministre Peuhmond. Personnage affable et d’un calme olympien, le Grand (par la taille et par sa vista et sa clairvoyance politique) Doumbia Moussa connait bien la case verte et conseil la patience et l’humilité. Il force le respect et l’admiration dans tous les camps. 
J’aime à partager ce texte de Félix-Antoine Savard sur la constance qui peint l’homme dans certains aspects de sa très forte personnalité:

 » Les paysans avaient appris de la terre la sagesse lente et calme, la volonté tenace de parvenir, la patience des lentes germinations, la joie des explosions généreuses de vie [. .. ] Les coureurs des bois, eux, avaient conquis sur la forêt elle-même leur hardiesse au milieu des périls, leur endurance à la misère, leur ingéniosité dans tous les besoins. Ils s’étaient fait une âme semblable à l’âme des bois, farouche, jalouse, éprise de liberté ; ils s’étaient taillé un amour à la mesure des grands espaces. Ils avaient tous, depuis les lointaines et prodigieuses randonnées des leurs, dans le passé, un orgueil de caste et comme un droit d’aînesse sur le sédentaire des champs. » 

Moussa Doumbia fait parti avec l’Inspecteur Kouakou Christian Assemian des Gardiens du Temple du RDR Abobo. 
Alpha Orlando,

Lien

Ramadan 2016 | Jeûne de six jours de Shawwal, pourquoi et comment « accompagner » le mois béni de Ramadan!

image

Le jeûne de six jours de Shawwal après le jeûne obligatoire de Ramadan est une sunna désirable mais pas une obligation. Recommandé, ce jeûne possède un mérite immense et génère une grande récompense dans la mesure où celui qui le jeûne verra inscrit à son profit la récompense du jeûne d’une année entière d’après un hadith authentique du Prophète rapporté par Abou Ayyoub selon lequel le Messager d’Allah
a dit :
« Quiconque jeûne le Ramadan et le fait suivre par le jeûne de six jours de Shawwal est comme quelqu’un qui a jeûné tout le temps » [ Rapporté par Mouslim, Abou Dawoud, at-Tarmidhi, An-Nassaï et Ibn Madja ].
L e Prophète a expliqué le hadith précédent en ces termes :
« Celui qui jeûne six jours après la rupture du jeûne de Ramadan a complété l’année : « Quiconque accomplit un bienfait le verra multiplier par dix ».
Une autre version dit :
« Allah multiplie les bienfaits par dix : 1 mois = 10 mois et 6 jours = 60 jours [2 mois] = 12 mois. Voilà une année complète » [rapporté par an-Nassaï et Ibn Madia et cité dans Sahih at-Targhib wa at-Tarhib; 1/421 et rapporté par Ibn Khouzayma en ces termes ] :
« Le jeûne du mois de Ramadan vaut 10 mois et le jeûne des six jours 2 mois, ce qui constitue une année complète ».
Des jurisconsultes des écoles hanbalites et shafiites ont déclaré que le jeûne des six jours à l’issue de Ramadan vaut une année de jeûne obligatoire. Pour ce qui est de la multiplication de la récompense, elle est généralisée et s’applique à tout jeûne surérogatoire. En effet, le bienfait est récompensé au décuple.
P armi les importants avantages du jeûne des six jours de Shawwal figure la compensation des lacunes du jeûne obligatoire. En effet, le jeûneur ne peut pas échapper à la négligence et au péché qui pourraient avoir une incidence négative sur son jeûne. Au jour de la Résurrection, on utilisera les actions surérogatoires pour combler les lacunes constatées dans les pratiques obligatoires . C’est à ce propos que le Prophète dit :
« La première chose au sujet de laquelle on fera subir un règlement de compte aux gens sera la prière… Notre Maître Puissant et Majestueux dira à Ses anges – alors qu’Il en sait plus qu’eux – : « Examinez les prières de mes serviteurs pour savoir s’il les a faites de façon complète ou incomplète ». Si elles s’avèrent complètes, elles seront enregistrées telles quelle. Si elles s’avèrent incomplètes, le Maître dira : « Regardez si mon serviteur a accompli des oeuvres surérogatoires. Si tel est le cas, utilisez-les pour compléter ses oeuvres obligatoires ». Voilà comment les oeuvres seront traitées ». [Rapporté par Abou Dawoud].
La succession des jours est-elle nécessaire dans le jeûne des six jours de Shawwal
L a succession des jours n’est pas une condition de validité du jeûne.
Peu importe qu’on les jeûne réunis ou dispersés.
Il est toutefois préférable de s’empresser à le faire conformément aux propos du Très Haut :
Empressez-vous à la bienfaisance
Empressez-vous à chercher le pardon de votre Maître
Et Moussa a dit : Maître, je me suis dépêché auprès de Toi pour que Tu sois satisfait
Par ailleurs, le retardement comporte des inconvénients. Les Shefiites et certains Hanbalites soutiennent la nécessité de s’empresser à accomplir ce jeûne. Mais il ny a aucun mal à ne pas s’y empresser.
Car on peut le retarder au milieu ou à la fin du mois.
A n-Nawawi a dit :
« Nos condisciples disent qu’il est désirable de jeûner six jours de Shawwal à cause de ce hadith . Il est préférable de les jeûner successivement dès le début du mois. Mais il est permis de les répartir sur les jours du mois, voire de les retarder au-delà du mois. L’intéressé ne s’en serait pas moins conformé à la Sunna, compte tenu de la généralité des termes du hadith. Ceci ne fait l’objet d’aucune divergence de vues chez nous. C’est aussi l’avis d’Ahmad et Dawoud ». Al-Madjmou Sharh al-Mouhadhdhab.
Faut-il que la femme commence par le rattrapage des jours du Ramadan quelle a ratés à cause des règles menstruelles puis procède au jeûne des six jours ?
Si elle veut bénéficier de la récompense citée dans le hadith ou le Prophète dit :
« Quiconque jeûne le mois de Ramadan et le fait suivre par le jeûne de six jours de Shawwal est comme quelqu’un qui a jeûné tout le temps » [ Rapporté par Mouslim, n° 1984 ]
Elle doit terminer le jeûne du Ramadan d’abord puis le faire suivre du jeûne de six jours de Shawwal afin que le hadith puisse s’appliquer à elle et quelle jouisse de la récompense mentionnée. Quant au report du rattrapage du jeûne de Ramadan au moment où elle sera en mesure de l’effectuer avant le Ramadan suivant, il est bien permis.
Le jeûne des six jours doit-il avoir lieu immédiatement après la fête de fin de Ramadan ou plusieurs jours après, pourvu d’observer la succession des jours dans le mois de Shawwal ?
I l n’est pas obligatoire d’engager le jeûne immédiatement après la fête. Car on peut le commencer un ou plusieurs jours après la fête. On peut aussi jeûner des jours successifs ou séparés dans le mois de Shawwal en fonction de ses possibilités. L’affaire est souple parce qu’elle ne revêt pas un caractère obligatoire mais elle reste facultative.
C’est Allah qui nous assiste.

Par Sheikh Mouhamed Saleh el Mounajeed In Sajidine.com

Lien

Ramadan 2016 | Les bonnes habitudes à conserver

image

Chaque année, les fidèles musulmans appréhendent l’arrivée de ce mois béni, qui, en raison des difficultés financières, qui au regard de leur santé. Mais, une fois le mois débuté, la grâce d’Allah rend aisée ce grand mois de pénitence mais aussi d’abondance.
Ceux qui redoutaient leur pain quotidien sont assaillis de nourritures. A générosité des musulmans, débordante durant le Ramadan, est tangible partout. Les lieux de rupture sont envahis de plats de toutes sortes.
L’esprit de partage règne résolument sur toute la communauté.
Durant ce mois béni, ceux qui avaient la mauvaise habitude de négliger leur salat se ressaisissent naturellement. Tout est grâce! Et cette grâce est perceptible dans toutes les mosquées.
Les safats sont plus longues et plus nombreuses.
Tout est prétexte à parler de Allah et de ses bienfaits. Les musulmans sont plus que jamais proche de leur seigneur, et ce dans tous leurs actes.
C’est cette bonne façon de faire, ces bonnes habitudes, ces résolutions honorables que nous musulmans du monde devons nous engager conserver et à garder jusqu’au prochain mois de Ramadan.
Puisse Allah, accorder à chacun et à tous une santé à toute épreuve à tous les musulmans,
Qu’Allah nous guide sur le droit chemin,
Qu’Allah nous préserve des flammes de l’enfer et qu’il nous accorde son Paradis.
Amine!!!

Ramadan Jour 27, La Nuit du Destin | Les 11 secrets de la sourate Al Qadr

image

Bismi Allâhi alrrahmâni alrrahîmi
[ Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux]

  1. Innâ anzalnâhu fî laylati alqadri
    [ Nous l’avons certes, fait descendre (le Coran) pendant la nuit d’Al-Qadr]
  2. Wamâ adrâka mâ laylatu alqadri
    [Et qui te dira ce qu’est la nuit d’Al-Qadr?]

  3. Laylatu alqadri khayrun min alfi shahrin
    [ La nuit d’Al-Qadr est meilleure que mille mois]

  4. Tanazzalu almala-ikatu waalrroohu fîhâ bi-izni rabbihim min kulli amrin
    [Durant celle-ci descendent les Anges ainsi que l’Esprit(2), par permission de leur Seigneur pour tout ordre]

  5. Salamun hiya hattâ matla’i alfajri
    [ Elle est paix et salut jusqu’à l’apparition de l’aube]

Voici quelques secrets de la Sourate! Récitée:
-1000 fois à n’importe quel moment : ses péchés seront pardonnés.
-5 fois dans la journée du vendredi : Tu auras les bienfaits de 50 Prophètes.
-11 fois le samedi avant la prière d’Asr : L Prophète (PSL) et les Anges répandent leur grâce sur vous.
-5 fois dans la journée du dimanche : Auras comme épouse 1 ourou ayni.
-11 fois dans la journée du lundi : Ses péchés seront pardonnés.
-40 fois dans la journée du mardi : Sera protégé contre tout mal.
-12 fois dans la journée du mercredi : On ne vous volera pas.
-Celui qui l’écrit 7 fois et le boit ne sera jamais un hypocrite.
-20 fois avant la prière de Dhor : Verra le Prophète (PSL) avant sa mort
-7 fois avant la prière d’Icha : Ses péchés entre ciel et terre seront pardonnés.
-70 fois avant la prière de Fajr : Sera parmi ceux du Paradis.
©sambamara.com

Excellente nuit du Qadr à toutes et à tous!

Ramadan Jour 21 | Les dix derniers jour du mois de Ramadan ou comment s’exercer à la quête d’excellence?

image

Les 10 derniers jours du mois de Ramadan,représentaient pour le Prophète et ses Compagnons une occasion privilégiée de se consacrer entièrement à l’adoration de Dieu, de se repentir, de se rapprocher de Lui, et de l’implorer afin qu’il concrétise leurs aspirations les plus chères.

Les 10 derniers jours du mois de Ramadan représentaient pour le Prophète et ses Compagnons une occasion privilégiée de se consacrer entièrement à l’adoration de Dieu, de se repentir, de se rapprocher de Lui, et de l’implorer afin qu’il concrétise leurs aspirations les plus chères. Cette adoration représente d’ailleurs une pratique prophétique hautement recommandée, sunna mouakkada.
Dans nos sociétés, où il n’est pas aisé d’opérer une retraite totale par rapport à son environnement, en s’isolant dans une des mosquées qui ouvre ses portes jour et nuit pendant cette période bénie, il est important de se demander comment ne pas passer à côté d’une telle adoration qui permettrait à l’être de se recentrer sur l’essentiel en opérant une rupture avec le monde qui l’entoure. Cette rupture, même si elle ne s’opère pas en s’astreignant rigoureusement à une retraite dans un lieu déterminé, peut s’opérer intérieurement.
D’ailleurs le sens profond de l’Irtikâf est de chercher à détacher son cœur et son esprit de toute autre préoccupation que Dieu et d’orienter continuellement tout son être vers la direction de la Qibla. L’intention et la volonté ferme de s’extirper d’un environnement physique, visuel, sonore, qui sans cesse assaille notre être intérieur et nos sens, est une manière de concrétiser les objectifs de la retraite même si les circonstances nous empêchent d’être physiquement dans une mosquée. Rappelons qu’un des principes qui fonde la jurisprudence islamique consiste à s’efforcer de réaliser une chose, tant que faire se peut, même s’il est impossible de la concrétiser entièrement.
Le Messager de Dieu, évoquant les catégories de gens qui auront le privilège d’être sous l’ombre de Dieu le jour du jugement dernier, a cité la personne dont le cœur est attaché aux mosquées. Il a parlé du cœur et non du corps qui, selon les circonstances (maladie, voyage, activité professionnelle, obligations familiales, etc.) peut être contraint à être séparé des lieux de culte. Il a aussi précisé que toute la terre était pour chaque musulman, et ceci représente un privilège accordé à sa seule communauté, un lieu de prière. Se construire intérieurement et symboliquement un lieu de retraite revient à vivre pleinement celle-ci si l’être tout entier cherche à se détacher durant cette période de toute préoccupation futile, de tout ce qui empêche le cœur et l’esprit d’opérer une véritable rupture avec le monde environnant.
Certes le Prophète, comme nous l’enseigne notre mère Aicha, redoublait d’effort la dernière décade de ce mois béni, notamment parce qu’elle comporte la nuit du destin ou de la valeur, au cours de laquelle Dieu décrète pour chaque âme, pour l’année à venir, son espérance, sa subsistance, etc. (sourate 44, verset 4). Mais en réalité, il vivait toujours dans cet état de proximité de Dieu, dans la recherche continue de Son agrément, que ce soit pendant ou en dehors de ce mois. Elle rapporte que le Messager de Dieu, durant la nuit, ne priait pas plus de onze unités de prières, que ce soit pendant le mois de Ramadan ou en dehors de celui-ci.
Cette rupture qui est une aspiration qui doit habiter l’esprit de tout musulman est en réalité un moyen de s’exercer à être notre vie durant dans cet état de retraite vis-à-vis d’un environnement qui nous accapare, qui occupe notre esprit. La rupture, chez les élus de Dieu, à commencer par ses Messagers, est un état permanent. Dieu ordonne au Prophète de s’astreindre à une présence continue, à ne jamais rompre cet état de présence à Lui (sourate 18, verset 24) qui est l’unique voie pour vivre une véritable paix intérieure synonyme de remise confiante à Dieu en toute chose.
Dieu a gratifié et élu les Gens de la Caverne, qui ont vécu plus de 300 ans retirés du monde, en les préservant d’une société hostile à la foi qu’ils portaient. Cette retraite bien physique était pourtant d’abord une action du cœur désirant vivre en intimité avec l’Etre suprême. C’est ainsi que Dieu a concrétisé leurs plus hautes aspirations en les gratifiant de cette présence permanente du cœur (sourate 18, verset 14). Telle est la signification profonde du terme arabe Ribat.
Chercher à vivre cette communion du cœur consiste en somme à suivre les pas de nos prédécesseurs et les dix derniers jours du Ramadan sont un moment propice à l’exercice de l’ego à une discipline à laquelle il n’est pas forcément habitué au cours de l’année. Cette période représente un moment idéal pour s’exercer à vivre cette quête permanente d’excellence, qui caractérise de manière intemporelle les êtres élus par Dieu.

par Jamel Khermimoun In oumma.com

Référendum constitutionnel | Mettons fin au cumul de mandats

Dans le débat sur la prochaine révision de la futur loi fondamentale du pays, j’ai une seule et unique « doléances »: disposer clairement dans le texte la fin du cumul de mandats électoraux.

image

Député, Maire, Ministre… les cadres avec plusieurs casquettes pilules et les exemples peuvent se multiplier dans toutes les régions et dans tous les partis politiques. Les conséquences de cette malheureuse qui s’apparente à de la gourmandise sont légions. Absentéisme, désinvestissement, manque de renouvellement de la place politique (brimade des jeunes), etc. Les abobolais en savent quelque chose et j’espère que nous attendrons pas le 30 octobre, date à laquelle est prévue le référendum, pour nous agiter alors que les choses seront déjà décidées, écrites et valider avec où sans nous.

Les jeunes doivent déjà prendre le taureau par les cornes et ne pas tomber dans le jeu trouble des politiciens qui sont dans une logique de conservation de leur avantage. Attendre que le monsieur ou la dame soit déjà au taquet avec ses valises d’argents dans notre océan de pauvreté, n’est certainement pas une bonne idée.
Ce serait moi qu’on les mettrait déjà tous à la retraite parce qu’ils sont pour la plupart des adeptes de cette gourmandises, des vieillards. Et quand on sait que le molosse ne change pas sa dehonté façon de s’assoir, il y a de quoi les empêcher de briguer même un simple mandat pour dissuader tout éventuel contrevenant!

Lien

ABOBO Samaké – Mairie, la voie de la honte

image

S’il vous venait à l’idée de rallier la commune d’Abobo depuis Adjamé, évité d’emprunter la voie passant par le Dokui. Elle vous mènera certainement vers ce qu’il convient aujourd’hui d’appeler la voie de la honte. De Samaké à la mairie d’Abobo, si vous n’avez pas une confiance absolue en vos amortisseurs, ne vous y aventurer surtout pas, à moins que vous ne soyez un conducteur de gbaka ou de wôrô-wôrô. Des crevasses tout le long du trajet, des flaques d’eau aux allures de marigot par cette saison de pluie… il ne fait bon trainer sur cette voie là.
La conséquence immédiate de cette situation est la récurrence des embouteillages sur la quasi-totalité des autres voies et de tous les grands carrefours de la commune.

image

Pourtant, il y a quelque mois de cela, les populations d’Abobo avaient poussé un grand ouf de soulagement lorsque toute la république avec à sa tête le Premier Ministre Duncan procédait au lancement des travaux de cette voie. Mais depuis, plus rien! Cette voie continue d’arborer un visage poussiéreux de village, dans le Abobo du Maire Toungara.
La grogne se poursuit sur les réseaux sociaux et dans les grins et Samaké – Mairie, continue de faire honte à tous les supporteurs du RDR dans son bastion.

Alpha Dee’Orlando